Il ne sert à rien d’éduquer sans écouter

Poster un commentaire

12 novembre 2016 par lesactualiteshistoriques

Depuis l’annonce de la victoire de Trump hier matin et la transformation de tous mes contacts ou presque en analystes politiques chevronnés, je lis, au hasard des commentaires cette phrase qui revient plus ou moins sous cette forme : « Il faut éduquer les gens » (sous-entendu mieux).Magie de ma bulle de filtrage et des algorithmes me direz vous, qui fait que personne dans ma vie numérique ne semble soutenir Trump et que tout le monde considère ses électeurs au mieux comme des inconscients, au pire comme des imbéciles patentés.

« Il faut éduquer » … Si l’on s’en tient aux statistiques, je rappellerai quand même que cette élection n’a pas eu lieu dans un pays sous-développé où les gens ne sauraient pas lire et donc à la merci du premier venu, ni même où l’éducation secondaire serait peu développée. Les Etats-Unis ont un IDH de 0,92 et le taux de scolarisation dans l’enseignement secondaire avoisine les 90%. 

Certes on peut nuancer cette analyse par Etats et par minorités raciales mais enfin, mon propos est ici simplement de dire que dans leur immense majorité, les électeurs américains ont fréquenté de façon continue les bancs de l’école pendant près de 10 ans de leur vie (au minimum)

Et en France, l’IDH s’élève à 0,88 et le taux de scolarisation dans le secondaire à 98%. On ne peut pas franchement parler d’un déficit d’accès à l’éducation.

Oui mais « il faut éduquer » … Mais enfin, que croyez-vous que nous faisons toute la journée? Du crochet? De la garderie? De l’apprentissage par coeur de recettes de cuisine? 

Toute la journée, toute l’année, des milliers d’enseignants en France tentent d’éduquer des milliers d’élèves. De leur faire découvrir la beauté du monde et la complexité des hommes et de leurs passions en les emmenant au musée, en leur montrant des films, en les faisant travailler sur des documents d’archives, en leur faisant réaliser des expériences scientifiques, en les reprenant quand ils n’utilisent pas le niveau de langage approprié, en les faisant débattre…

Mais nous ne sommes pas seuls sur une île déserte. Ce n’est pas Emile ou de l’Education. Dans nos classes, beaucoup de nos élèves vivent au quotidien les inégalités sociales, les fractures territoriales, les mutations de la cellule familiale. Ils composent le plus souvent comme ils peuvent avec les injonctions paradoxales de l’école, de la famille, de la société, du groupe d’amis. 

Pendant que nous nous échinons à tenter de faire vivre en classe le respect de l’autre et la dignité humaine, le CSA ne sanctionne pas Hanouna pour ses manquements répétés à tous les principes d’éthique et de respect de la dignité humaine. 

Pendant que nous parlons de liberté, le gouvernement fiche les citoyens et certains parlent d’enfermer sans fondement de présumés terroristes en puissance.

Pendant que nous parlons de fraternité, Eric Ciotti peut affirmer sans ciller qu’il est fier que son département n’accueille aucun demandeur d’asile. 

Pendant que nous parlons d’égalité devant la loi, une caissière peut être condamnée pour avoir utiliser des bons de réductions pour elle-même mais les Balkany sont toujours au pouvoir à Levallois

Pendant que nous parlons de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, les habitants d’Alep meurent sous les bombes.

Pendant que nous réaffirmons le principe de laïcité et le respect de toutes les croyances, certains se battent contre la construction de mosquées mais pour la présence de crèches dans les lieux publics à Noël.

Pendant que nous parlons d’égalité hommes-femmes, on siffle une femme en jupe à l’Assemblée, on agresse sexuellement des assistantes parlementaires et on légitime le viol par le port de vêtements inappropriés.

Nos concitoyens sont éduqués, que ça vous plaise ou non. Ils sont même très conscients de toutes ces valeurs sur lesquelles l’école reste plus que jamais ferme. Il n’en font pas la même interprétation ni la même hiérarchie que vous, ce qui est bien embêtant, je vous le concède, car il ne s’agirait pas de dire que tout se vaut, loin de là! Mais il ne s’agit pas non plus de marteler ces valeurs dans le débat public et dans une salle de classe, du haut de sa position de sachant. Il s’agit qu’elles infusent. Et pour cela, il faudrait peut-être un peu les incarner dans des Hommes et dans des choix justes. 

Car à défaut de choix justes, certains préféreront des choix simples. Ecoutez nos concitoyens un instant: ce n’est pas le manque d’éducation qui les pousse à la simplification et à la colère, c’est la désespérance et la manque cruel d’un horizon d’attente qui fasse un tant soit peu rêver, pour soi et pour les autres.

Publicités

Commenter ce post

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :