Peut-on être heureux à l’école?

Poster un commentaire

29 septembre 2016 par lesactualiteshistoriques

Il y a presque un an, juste après le 13 novembre, nous sommes nombreux, profs d’HG, à ne pas avoir fait cours pendant quelques jours mais à avoir pris du temps dans nos heures pour discuter avec les élèves de l’actualité, pour remettre les choses en perspective (si tant est qu’on le pouvait), pour nourrir leur soif de comprendre ce qui nous arrivait. Ces heures où l’on est sorti des clous pour mieux y rentrer et parler en vrac de géopolitique, de philosophie, de sciences politiques, d’histoire, de géographie avaient laissé aux élèves un goût de trop peu, et à certains d’entre nous aussi.Alors cette année, nous nous sommes organisés pour proposer à la direction une organisation qui n’empiétait pas sur les heures d’autres disciplines mais nous permettait de poursuivre finalement les échanges et de revenir peut-être, à la mission première de l’école, émanciper et renforcer la capacité d’agir des élèves en leur donnant des clés.

Cette semaine, dans le cadre d’une mutualisation de nos heures d’enseignement moral et civique, nous avons proposé à plusieurs classes de Première et de Terminale de participer à des conférences sur le conflit israël-palestinien, sur le sunnisme et le chiisme, sur l’histoire de l’immigration en France. Nous avons aussi testé le débat à visée philosophique (merci les rencontres d’été du CRAPE et Michel Tozzi!), que j’ai animé aujourd’hui avec 23 Premières sur la question: « Peut-on être heureux à l’école ? ». Les élèves n’avaient pas préparé, il ne s ‘agissait pas ici de peser les pour et les contre mais de réfléchir. Le cheminement intellectuel des élèves était passionnant à observer et je vous laisse avec certaines de leurs interventions, qui en disent plus long qu’un grand discours:

« Ne pas aller à l’école, ça peut créer des mentalités comme par exemple des jeunes filles comme moi qui se disent qu’au lieu d’aller travailler, elles vont se marier. Ne pas aller à l’école ça va changer la perception de tout »

« Plus on sait de choses, plus on va pouvoir s’adapter à toutes les situations sociales, à tous les milieux dans notre vie . Plus on sait s’adapter, plus on est heureux. »

« On peut rester tout sa vie au même endroit, avoir tous les jours la même routine, ne rien découvrir et quand même être heureux. On peut être heureux en restant au même endroit, avec les mêmes personnes toute sa vie, parce que tant qu’on sait pas ce qu’il y a ailleurs, on est heureux de ce qu’on a »

« Quand on veut s’en prendre à une population, on commence par qui, on commence par les enfants, on commence par l’éducation. Un enfant, il y a toujours qqch qui va le faire revenir à ce qu’il a appris. »

« Le bonheur, c’est une satisfaction totale. Et du coup, à l’école, on peut pas être heureux. »

« En cours, d’écouter un prof pendant une heure, on peut pas être heureux non plus »

« Parfois ce qu’on apprend à l’école, ça n’a pas de sens, je vois pas pourquoi on apprend ça, et du coup, ça me saoule en fait »

« On se lève à 8h pour écouter un prof qui va nous transmettre du savoir mais on n’est pas forcément intéressé par ça. Si on pouvait choisir dans quoi on passerait tout notre temps, je pense qu’on serait plus heureux »

« On oublie un peu à la base pourquoi on vient, à la base on vient pour apprendre et on oublie un peu ça, tellement que quand il y a un prof qui n’est pas là, on est content »

« Aujourd’hui l’école elle valorise le fait de réussir plutôt que le fait d’apprendre quelque chose. On se dit qu’on va être jugé »

« A la base l’école c’est fait pour instruire et éduquer mais maintenant on nous demande tellement de choses, on fait un travail pour être mesuré, valider des compétences, on va jamais faire un travail parce qu’il nous plaît ou prendre le temps qu’il nous faut nous pour faire le travail, ça nous empêche de nous épanouir dans ce qu’on fait et d’être satisfaits de nous »

« On n’a pas le droit à l’échec, on se met trop la pression »

« L’école, ça a une place trop importante en général. J’ai vécu dans d’autres pays où les enfants passaient autant de temps avec leur famille qu’à l’école, j’ai l’impression qu’ici l’école c’est plus important que tout »

« Le problème, c’est que tout a un impact sur notre avenir, que tout ce qu’on fait en ce moment a un impact sur notre avenir, on se met la pression, le temps n’est pas bien réparti. « 

« On sera heureux quand on aura du temps pour nous »

« On se construit pas réellement une culture, on essaie juste d’avoir des notes. On a appris mais au final est-ce qu’on a réellement réfléchi? »

« Si on rate l’école, on n’a plus d’avenir.L’école ça fait pas partie de la vie, l’école c’est la base de la vie, si tu rates l’école, tu rates tout ce qu’il y a après »

« L’école ça nous apprend l’autonomie et l’autonomie après ça nous donne une certaine liberté et c’est sûrement ça qui va nous rendre heureux. Mais est-ce que du coup quand on est à l’école on est vraiment heureux? »

« On n’est pas obligé de se mettre la pression à l’école, si on se met déjà la pression à l’école, qu’est ce que ce sera plus tard? »

Ce débat a été une heure de bonheur professoral à l’état pur. Voir des élèves de classes différentes s’écouter dans un grand respect mutuel, élaborer collectivement une pensée, c’était juste passionnant et ressourçant pour la prof que je suis. J’espère vivre encore de belles heures comme celles-là!

Publicités

Commenter ce post

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :