Les boueux sont en grève 

Poster un commentaire

30 août 2016 par lesactualiteshistoriques

Exercice intitulé « courir les rues »: écrire un texte selon un lexique contraint (90 mots ou expression environ) et avec un titre contraint (titre de poèmes de Queneau)

Grève tous les samedis. N’importe quoi! Le réservoir dégoulinant est dégueulasse ce matin. Les mouettes braillent au dessus du château d’eau.« Entrez et laissez vous tenter », « goûter à la ville »…Tout bien réfléchi, c’est plutôt: « Ne misez rien mais perdez beaucoup! ». Coup de gueule. Ils sont prêts à en découdre.

Et le banc couleur béton, t’as vu la gueule qu’il a ? Les palmiers, pourquoi on en met pas si ça survit même à Lorient ? Parce que les saisons, ça ne se discute pas !

Déjà c’est pas une ville riche mais là, c’est carrément l’île des esclaves oubliées.
Allez vous battre là-dehors.

Publicités

Commenter ce post

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :