Réforme du collège S01E2 // Soyez autonomes! (de l’art de l’injonction contradictoire)

Poster un commentaire

21 mai 2015 par lesactualiteshistoriques

Episode 2 sur 3

Alors que nous nous étions quittés dimanche soir sur le constat d’une mobilisation massive à venir pour défendre l’excellence républicaine, aka le syndrome NIMBY appliqué à l’éducation (« Eduquons les pauvres oui, mais pas avec mes moyens de riche ») et la promesse d’un retour à la négociation, on se retrouve donc aujourd’hui avec un décret publié dans la nuit suivant la mobilisation et 80% de profs qui ont eu le sentiment de subir le même sort que Sansa Stark à la fin de l’épisode 6 de la saison 5. Finalement, on a eu plus de sexe et moins de sang que dans #GoT .

Revenons donc aujourd’hui sur un point de la réforme, qui cristallise beaucoup d’inquiétudes et de rejets: l’autonomie laissée à chaque établissement pour décider de l’organisation de 20% du temps d’enseignement, tout comme l’autonomie laissée aux enseignants dans la nouvelle rédaction des programmes, qui n’imposent plus forcément d’oeuvres (en Français) ou laissent des chapitres au choix (en histoire-géographie par exemple). Cette autonomie doit constituer un cadre favorable aux innovations et expérimentations.

Cette autonomie est redoutée pour plusieurs raisons:

  • A l’échelle de l’établissement, elle contribuerait à renforcer le pouvoir du chef d’établissement sur les aspects pédagogiques mais aussi à renforcer les inégalités territoriales en rompant l’égalité de traitement entre les élèves.
  • A l’échelle des enseignants, elle mettrait fin au caractère réellement national et uniforme des programmes puisque de fait, tous les élèves de collège n’auraient pas traité des mêmes oeuvres ou des mêmes chapitres à la fin de leur scolarité obligatoire.

Bref, la France serait divisée…Et la division, c’est le MAL (depuis le 11 janvier, on a le droit de caricaturer comme on veut d’abord 🙂

Si je peux tout à fait légitimement comprendre ces inquiétudes, j’aimerais avant tout revenir sur les paradoxes qu’elles mettent en lumière, tant de la part du corps enseignant que de celle de l’administration censée les manager (Oubliez ce mot qui n’a vraisemblablement jamais atteint les couloirs des DRH du rectorat ou du ministère)

Pour cela, prenons une situation du quotidien:


7h45 du matin un jour de semaine. Vous êtes à la bourre pour votre cours de 8h30 parce que vous avez voulu grignoter 5 minutes de sommeil en plus, rapport aux copies que vous avez corrigées à 23h (rapport qu’avant y’avait un épisode de #GoT/Plus Belle la Vie/ Le juge est une femme).

Mais avant votre cours, il vous faut encore déposer #5ans à la maternelle, à qui vous avez eu la bonne idée d’acheter des chaussures à lacets. Qu’il ne sait pas lacer. Comme vous êtes pour l’autonomie, vous le laisser se démerder (soyons honnêtes, à ce stade c’est comme ça que ça s’appelle) tout seul. Et bien sûr, il n’y arrive pas ou pas aussi vite que vous le voudriez.

Donc au bout d’un moment, à la bourre, deux attitudes s’enchaînent souvent: hurler sur son enfant car il ne sait toujours pas faire ses lacets tout seul puis les lui faire (en râlant, c’est encore mieux) pour gagner du temps.


Ben l’Education Nationale avec ses enseignants, c’est à peu près ça. Et vice-versa…

Je m’explique: filons la métaphore jusqu’au bout…Pour remédier à ce genre de situation merdique, plusieurs solutions s’offrent à vous:

  • Acheter des chaussures à scratch:
    • Avantage: la rapidité et tu ne mets pas le môme en difficulté ➔ Favoriser l’autonomie dans des situations que l’on a déjà expérimentées, c’est quand même plus simple. Demander aux enseignants de tout changer en même temps en leur disant: « Faites comme vous voulez », c’est beaucoup plus anxiogène, surtout pour d’anciens bons élèves habitués à faire ce qu’on leur a demandé à partir d’un modèle. Inventer, c’est beaucoup plus compliqué.
    • Inconvénient: Si t’y prends pas garde, à 14 ans ton ado sera le seul encore en baskets à scratch dans la cour du collège (qui n’existera ptêt plus d’ici la vu l’Apocalypse promise) ➔ Le problème avec les enseignants (pas qu’avec ce groupe professionnel d’ailleurs je pense), c’est que si tu leur donnes un modèle à suivre dans lequel ils se sentent bien (pas forcément leurs élèves), ils vont pas vouloir en changer…
  • Lui apprendre à nouer ses lacets à des moments plus calmes, le WE par exemple:
    • Avantage: plus de temps donc plus de patience et donc de meilleurs conditions d’apprentissage ➔ Pour demander aux enseignants d’être autonomes et innovants, il faut les FORMER. A des moments où ils sont disponibles. C’est à dire soit pendant leurs vacances d’été (ne me balancez pas de tomates, je n’émets que des hypothèses), soit pendant leur temps de travail (comme dans à peu près tous les jobs ou presque). Mais qui s’occupera alors des élèves?
    • Inconvénients: Cela demande du temps, donc des moyens humains et financiers, que le ministère ne semble clairement pas avoir ou pas vouloir mettre en oeuvre.Avec une niche fiscale sur les achats de logements locatifs dans les DOM-ROM, je pense qu’on peut financer plusieurs plans académiques de formation dignes de ce nom, non? Alors à quand une vraie réforme fiscale??
  • Arrêter de lui hurler dessus quand il ne sait pas faire et le valoriser quand il y arrive:
    • Avantage: Si vous arrêtez d’hurler sur votre enfant quand il ne sait pas faire, normalement il sera plus prompt à vous demander de l’aide. Sinon il va associer incompétence = engueulade parentale ➔ Ben dans l’EN, c’est un peu pareil. Si dès que tu sors un peu des clous et que ça foire un tantinet (ou alors que ça marche du tonnerre, ça arrive aussi très souvent hein!), tu n’as aucun soutien hiérarchique, voire aucune reconnaissance (en terme d’avancement, de poste, de salaire), ton autonomie tu vas vite la laisser au placard, rapport que tu n’y trouveras aucun intérêt.
    • Inconvénient: Généralement quand tu félicites #5ans pour avoir fait ses lacets, y’a sa soeur/son frère derrière qui va vite se rappeler à ton existence, des fois que tu aurais oublié que par deux fois tu as/tu t’es fait massacré les avant-bras du fait des douleurs de l’enfantement (des fois je suis poète quand même…) ➔ Différencier la reconnaissance professionnelle offerte aux enseignants, c’est ouvrir la grande boîte de Pandore du corps professoral où on a souvent le sentiment que pas une tête ne doit dépasser.

J’arrête là (vous me direz, c’est pas trop tôt…) la métaphore qui a ses limites, bien sûre, la 1e étant selon moi que dans une relation parent-enfant à cet âge-là, il y a une grande part d’admiration de l’enfant pour son parent qui je crois ne tient pas ici la comparaison (allez relire ce qu’on a écrit sur Najat ou sur tous les autres ministres si vous n’en êtes pas sûrs). La seconde étant que bien entendu, nous ne sommes pas les enfants du MEN!


(Mais ça pourrait faire un bon sujet de roman de science-fiction: en 2072, le MEN développe un programme d’incubateurs à bébés asexués et bilingues dès la naissance pour promouvoir la « théorie du genre » et l’enseignement des LV // Un livre financé en crowdfunding par la Manif pour Tous et le SNALC)


Il y a cependant des ressemblances. En particulier, celle de l’injonction contradictoire de l’enfant à qui on dit de faire tout seul mais auquel on laisse peu d’espace et surtout de ressources pour expérimenter. Les temps politiques et électoraux sont-ils ceux de la mise en oeuvre d’une réforme? La réponse est clairement non dans un pays qui n’a pas la tradition du consensus mais du conflit en politique.

A l’inverse, on reconnait aussi dans ce schéma l’injonction contradictoire de l’enfant qui demande de faire tout seul mais recherche constamment un cadre rassurant. Les profs arguent constamment de leur liberté pédagogique pour refuser des réformes trop injonctives et critiquent des réformes leur laissant de l’espace au nom de la nécessité d’un cadre commun.

Au milieu de tout ça émerge alors la peur de la hiérarchie intermédiaire (chefs d’établissements, coordonnateurs de cycle, de discipline…), celle qui pourrait donner un cadre, faire émerger des modèles, réguler les conflits…Tant que nous ne serons pas sortis de l’injonction contradictoire, elle restera un échelon bancal.

Publicités

Commenter ce post

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :